Le saxophone virtuose – samedi 24 mai 2014

Paul Creston (1906-1 985)
Concerto pour saxophone alto op26
Composé en 1946
Energek/ Meditative/ Rythmic

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jérôme Laran, saxophone, soliste

Orchestre d’Harmonie du Conservatoire de Perpignan sous la direction de Bernard Langlois

Paul Creston est né à New York où il étudie le piano et l’orgue il compose en autodidacte. Il mène également une activité de pédagogue et aura notamment pour élève John, Corigliano.

Son catalogue pléthorique mentionne plusieurs symphonies, des pièces pour fanfares, de la musique de chambre et beaucoup d’œuvres concertantes. Son concerto pour saxophone alto, en trois mouvements, s’inscrit au grand répertoire du saxophone du XXème siècle.

Paul Creston y privilégie l’aspect rythmique de l’écriture, qui entretient des rapports étroits avec le jazz , et la brillance du jeu soliste.

Energetic, le premier mouvement, louvoie entre fulgurance rythmique et inspiration plus lyrique où le saxophone est entendu dans l’ampleur de son registre. Le second mouvement, Meditative, débute par une phrase mélodique très suave, sur l’accompagnement syncopé de l’orchestre. Une longue cadence est réservée au soliste à la fin du mouvement.

Le Finale, Rythmic, alterne thème véloce et partie plus chantée et laisse briller le saxophoniste dans une dernière cadence très éclatante.


 Satoshi Yagisawa (né en 1975)
March Bou-Shu (2001)
Concerto pour saxophone: Mystic quest

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jérôme Laran, saxophone, soliste

Orchestre d’Harmonie du Conservatoire de Perpignan sous la direction de Bernard Langlois

Satoshi Yagisawa est un compositeur japonais né à Tokyo dont le catalogue compte, outre des œuvres symphoniques et de musique de chambre, plus d’une centaine de pièces pour orchestre d’harmonie. Il utilise également dans sa composition les instruments japonais. La plupart de ses œuvres intègrent la citation de choral et des emprunts nombreux à la musique baroque.

Mcirch Bou-Shu (2001) est une pièce pour orchestre d’harmonie écrite sur une mélodie japonaise traditionnelle. Si l’on en reconnaît le profil mélodique asiatique, l’arrangement de Satoshi Yagisawa relève totalement de l’écriture occidentale faisant parfois appel au contrepoint acodémique.


Concerto pour saxophone : Mystic quest
Date de création : 2011 par Jérôme Laran
Trois mouvements

Jérôme Laran, saxophone, soliste

Orchestre d’Harmonie du Conservatoire de Perpignan sous la direction de Bernard Langlois

Le premier mouvement du concerto, puissamment rythmé, met la partie soliste face à une écriture orchestrale musclée qui rappelle le Big Band de iazz. Dans le second mouvement, le soliste alterne le saxophone soprano et l’alto pour faite chanter la mélodie de choral que Yagisawa cite ici. Le dernier mouvement, un rien hollywoodien, s’achève par un fugato comme chez Haendel qu’évoque une fois encore le compositeur japonais. Les deux cadences du saxophoniste sont ad libitum et laissent donc au soliste Ici liberté d’improviser.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA